Disque saturé à cause du répertoire de temporaires Windows

Si comme moi vous avez un système Windows dont le disque dur principal se remplit à vue d’œil alors qu’il n’est pas censé le faire, sachez qu’il est potentiellement possible de remédier à ce problème.

Il est possible dans un premier temps de vérifier via un utilitaire comme TreeFileSize comment sont répartis les fichiers sur le disque dur. Dans mon cas, sur un disque dur de 80 Go, le répertoire « Temp » présent dans « C:\Windows » occupait 65Go ! Dedans, plein de fichiers CAB de 150 Mo environ …

Visiblement, d’après quelques recherches Internet, la raison provient du fichier « C:\Windows\logs\cbs\cbs.log » qui a atteint 2 Go ou plus. Lors de l’utilisation de la commande makecab, celle-ci plante à chaque fois, créant une archive incomplète ajouté à « C:\Windows\temp »

Pour supprimer ces fichiers indésirables, il faut :

  • Aller dans le répertoire « C:\Windows\logs\ »
  • Supprimer tous les fichiers se terminant par l’extension *.log
  • Aller dans le répertoire « C:\Windows\temp\ »
  • Supprimer tous les fichiers

Sources :
https://support.solarwindsmsp.com/kb/solarwinds_rmm/C-Windows-Temp-is-full-of-cab-files

Supprimer les temporaires d’Outlook

Lorsqu’une pièce jointe attachée à un courrier électronique est ouverte depuis Outlook, elle est copiée dans un premier temps dans un répertoire temporaire avant d’être finalement ouverte. Lors de la fermeture du document, si Outlook est toujours actif, il se charge en principe de supprimer le fichier laissé dans les temporaires.

Si le fichier n’est pas supprimé automatiquement par Outlook, il restera dans le dossier si aucune action manuelle n’est faite. En ouvrant un document portant le même nom, Outlook copie tout de même le fichier dans le répertoire temporaire mais en lui ajoutant un numéro d’incrément – cela commencera par (1) pour aller jusqu’à maximum (99). Une fois la limite atteinte, lors d’une énième tentative d’ouverture du fichier, un message d’erreur apparaitra bloquant totalement la lecture de nouveaux fichiers portant le même nom.

Supprimer les documents temporaires est le seul moyen de revenir à la normale. La technique donnée ici est valable pour toutes les versions de Windows ou d’Office, seuls les chemins diffèrent. Pour plus d’informations, il est possible de se référer au KB 817878 de Microsoft.

En fonction du système d’exploitation, il faut se rendre dans le répertoire suivant en replaçant la mention « Nom » par le nom de la session :

  • pour XPC:\Documents and Settings\« Nom »\Local Settings\Temporary Internet Files\Content.Outlook\ ;
  • pour Vista / 7 / 8C:\Users\« Nom »\AppData\Local\Microsoft\Windows\Temporary Internet Files\Content.Outlook\.

Ce dossier contient un ou plusieurs dossiers ayant des noms générés aléatoirement. Dans mon cas, il s’appelait « ZDD3CWOI ». On peut observer sur la capture ci-dessous les quelques fichiers que j’ai eu l’occasion d’ouvrir et qui sont restés.

Fichiers temporaires Outlook

Avant de procéder à la suppression des fichiers, il faut fermer Outlook ainsi que toutes les autres applications. Ceci fait, il est à présent possible de supprimer tous les répertoires présents dans « Content.Outlook ».

A présent, en redémarrant Outlook et en tentant d’ouvrir une pièce jointe, le problème devrait avoir disparu.

Lien utile

Article traitant du même problème, à lire sur le site de Bastion Point

Code d’erreur 19 lors de l’installation du pilote d’un périphérique USB MTP

Lors du branchement d’un périphérique USB tel qu’un téléphone ou un appareil photo, il m’est arrivé d’avoir la bulle d’information indiquant que l’installation d’un périphérique USB MTP avait échoué. En regardant dans le gestionnaire des périphériques, on peut voir le périphérique avec un code d’erreur 19.

Pour résoudre le problème, il va falloir intervenir sur le registre Windows pour supprimer une clé.

  • Ouvrir un invite de commande en tant qu’administrateur (obligatoire pour aller dans le registre)
  • Saisir « regedit » et valider
  • Une fenêtre s’ouvre, donnant accès à l’arborescence complète du registre. Nous avons besoin de nous rendre ici : « HKEY_LOCAL_MACHINE\SYSTEM\CurrentControlSet\Control\Class\{EEC5AD98-8080-425F-922A-DABF3DE3F69A} »
  • Une clé nommée « Upperfilters » doit être présente. Avant de la supprimer, il est conseillé de sauvegarder la branche du registre. Pour ce faire, cliquer sur Fichier, puis sur Exporter
  • Toujours dans l’invite de commande, saisir « devmgmt.msc » et valider
  • Faire un clic droit sur le périphérique défectueux et faire Désinstaller
  • Déconnecter le périphérique de l’ordinateur
  • Redémarrer l’ordinateur
  • Rebrancher le périphérique pour laisser le système le reconnaitre, et l’installer correctement cette fois ci

Lien utile

Forum Social Technet de Microsoft

Désinstaller une carte réseau fantôme sous Windows

Le retrait physique d’un périphérique ne désinstalle pas tous les composants logiciels qui lui sont associés, pilotes, logiciels et enregistrements registre restent donc présents sur l’ordinateur. Cela m’a posé problème lorsque j’ai voulu renommer une carte réseau, le nom « Connexion au réseau local » était déjà utilisé, mais la carte réseau n’était plus présente dans le Panneau de configuration. J’avais besoin de ce nom pour utiliser un script faisant appel à netsh. Même problème lorsque j’ai voulu affecter une adresse IP déjà assignée à une ancienne carte pourtant inexistante physiquement …

Voici une des méthodes donnée par Microsoft pour supprimer des cartes réseaux fantômes :

  1. Cliquez sur Démarrer, sur Exécuter, tapez cmd.exe, puis appuyez sur Entrée,
  2. Tapez set devmgr_show_nonpresent_devices=1, puis appuyez sur Entrée,
  3. Tapez devmgmt.msc, puis appuyez sur Entrée,
  4. Cliquez sur Affichage, puis sur Afficher les périphériques cachés,
  5. Développez l’arborescence de Cartes réseau,
  6. Cliquez avec le bouton droit sur la carte réseau en grisé, puis cliquez sur Désinstaller.

Lien utile

KB 269155 de Microsoft

Réinitialiser le mot de passe Superviseur d’Internet Explorer suite à un oubli

Lorsque vous tenter d’aller sur Internet avec Internet Explorer, il se peur qu’une fenêtre popup vous invite à saisir le mot de passe du superviseur. Cette fonction permet de restreindre l’accès à Internet aux utilisateurs non autorisés.

Sans ce mot de passe, vous pouvez vous aussi être privé de votre dose quotidienne d’information numérique … Mais heureusement il est possible de le réinitialiser facilement.

  1. Ouvrir regedit.exe en tant qu’administrateur
  2. Chercher la branche suivante : hkey_local_machine\software\microsoft\windows\currentversion\policies\ratings
  3. Supprimer la clé KEY
  4. Redémarrer votre ordinateur
  5. Constatez le changement

Libre à vous de redéfinir un mot de passe, ou de rester sans.

Activer un thème WordPress via des instructions SQL

Cette technique pourra servir aux personnes voulant s’amuser avec SQL, ou bien comme moi, pour réparer un blog WordPress (version 3.1.2) affichant une jolie page blanche suite à l’installation ratée d’un thème …

Nous allons commencer par nous connecter sur la base de données contenant les tables de WordPress avec un utilisateur ayant des droits d’écriture/modification. Dans mon cas, je vais passer par l’interface web PhpMyAdmin, mais sachez qu’il est possible de faire toute la procédure en ligne de commandes (oui oui, les petites fenêtres noires avec des écritures blanches :))

Dans PhpMyAdmin, entrez les lignes suivantes après avoir cliqué sur l’onglet « SQL »

SELECT *
FROM wp_options
WHERE option_value LIKE '%nom-du-thème-activée%'

Le résultat de cette requête devrait retourner ces 3 enregistrements :

option_id blog_id option_name option_value autoload
45 0 template nom-du-thème-activée yes
46 0 stylesheet nom-du-thème-activée yes
480 0 current_theme Nom du thème activée yes

Nous allons remplacer chacune des « option_value » par les valeurs par défaut à la sortie d’un installation du moteur WordPress. En gros, nous allons réactiver le thème « Twenty Ten », thème fourni dans WordPress 3.1.2 (sur la version 3.2, adapter avec « Twenty Eleven »).

Voici le résultat que nous devons atteindre :

option_id blog_id option_name option_value autoload
45 0 template twentyten yes
46 0 stylesheet twentyten yes
480 0 current_theme Twenty Ten yes

Il est possible de faire les modifications directement en cliquant sur le stylo à côté de chaque ligne afin d’éditer les valeurs, mais je laisse tout de même les requêtes SQL.

UPDATE wp_options SET option_value = 'twentyten' WHERE option_name = 'template'
UPDATE wp_options SET option_value = 'twentyten' WHERE option_name = 'stylesheet'
UPDATE wp_options SET option_value = 'Twenty Ten' WHERE option_name = 'current_theme'

Réparer un fichier .pst considéré comme corrompu par Microsoft Office Outlook

Il peut arriver que l’archive contenant l’ensemble des messages d’un utilisateur utilisant Microsoft Outlook soit corrompu avec le temps, le logiciel ne manquera pas de vous le dire à grand coup de messages d’erreur … sachez qu’il existe un outil fourni par Microsoft pour tenter de corriger le problème, ne vous attendez pas à une baguette magique, mais c’est peut-être un moyen de réparer votre fichier !

Cette technique a été réalisée sur un poste ayant Windows 7 et Office 2010. Il faudra simplement adapter les chemins d’accès en fonction des cas.

Il faut se rendre dans le dossier d’installation de Microsoft Office, dans mon cas, il fallait aller dans « C:\Program Files\Microsoft Office\Office14 » pour y trouver un fichier nommé « SCANPST.EXE ». Lancez le pour obtenir la fenêtre suivante, il ne reste plus qu’à indiquer le chemin où se trouve le fichier .pst (toujours dans mon cas, « C:\Users\Mathieu\AppData\Local\Microsoft\Outlook ») et valider par Démarrer. Et voilà, l’opération est terminée, il ne reste plus qu’à croiser les doigts et espérer que le problème soit résolu au prochain lancement d’Outlook.

Erreur au lancement de NetBeans suite à la mise à jour du JDK

Suite à la mise à jour du JDK d’Oracle, un message d’erreur (cf. capture ci-dessous) est apparu lors du lancement de l’IDE NetBeans. En validant par l’option Oui, NetBeans se lance et arrive à compiler le code, mais le message sera à nouveau présent au redémarrage …

La technique, trouvée sur Internet et qui fonctionne, est d’éditer le fichier netbeans.conf présent dans (dans mon cas) « C:\Program Files\NetBeans 7.0 Beta 2\etc ». Il suffit de redéfinir l’emplacement du JDK en éditant la ligne contenant « netbeans_jdkhome ». Attention ! Il faudra ouvrir votre éditeur de texte en tant qu’administrateur sous peine de ne pas pouvoir enregistrer les modifications apportées.

netbeans_jdkhome="C:\Program Files\Java\jdk1.6.0_25"

Et là ! Magie (en principe), votre NetBeans s’ouvre comme avant.