DiskPart, l’outil en lignes de commandes pour gérer les partitions de ses périphériques de stockage

Présentation rapide de la commande « diskpart » présente sur les ordinateurs tournant sous Windows. Cette dernière permet de gérer le système de partitionnement d’un périphérique, le tout en lignes de commande.

Ci dessous, un exemple pour formater une clé USB (ayant servie pour liveCD Clonezilla). On en profite pour recréer une seule partition formatée en NTFS ici.

La première étape est de lancer une invite de commande « cmd » en tant qu’administrateur puis de saisir les commandes suivantes.

  • diskpart Permet de rentrer dans l’utilitaire
  • list disk Liste des disques
  • select disk 1 Sélection du disque sur lequel on souhaite travailler
  • clean pour effacer le partitionnement actuel
  • create partition primary pour crééer une partition de type primaire
  • select partition 1 pour sélectionner la partition fraichement créée
  • format fs=ntfs quick pour formater rapidement en NTFS
  • exit pour quitter l’utilitaire
  • exit pour fermer l’invite de commandes

Commutateurs de ligne de commande pour Outlook pour Windows

Pour dépanner Microsoft Office Outlook, il faut savoir qu’il est possible d’ajouter des commutateurs (ou arguments) lors du lancement d’Outlook.

Pour les utiliser, le plus simple est de créer un raccourci d’Outlook. Voici comment faire :

  • Cliquer sur Démarrer,
  • Choisir Tous les programmes, chercher Outlook
  • Clic droit, puis envoyer vers Bureau
  • Retour sur le bureau,
  • Clic droit sur la nouvelle icône créée, puis cliquer sur propriétés
  • La fenêtre ci-dessous s’affiche, il ne reste qu’à ajouter à la fin du champs « Cible » le commutateur voulu
  • Puis terminer en cliquant sur OK
  • A présent lors d’un double clic sur la nouvelle icône Outlook, celui ci se lancera avec l’option supplémentaire qui lui est fourni.

Note : Une fois votre Outlook « réparé », il est possible de supprimer le raccourci.

Voici ceux que j’ai eu l’occasion d’utiliser :

Commutateur Action réalisée
/cleanviews Restaure les affichages par défaut. Tous les affichages personnalisés que vous avez créés seront perdus.
/resetfolders Restaure les dossiers manquants à l’emplacement de remise par défaut.
/resetfoldernames Redéfinit les noms de dossier par défaut (tels que Boîte de réception ou Éléments envoyés) en utilisant les noms par défaut dans la langue d’interface utilisateur Office en cours.
/safe Démarre Outlook sans les personnalisations de barre d’outils ou de volet de lecture. Les compléments COM (Component Object Model) natifs et managés sont désactivés.

Lien utile

Article issu du support Office

Fusionner plusieurs fichiers de contacts vCard en un seul

Vous avez plusieurs fichiers vCard et vous voulez les fusionner pour n’en former qu’un seul ? La commande Windows suivante est là pour vous aider.

Dans mon cas, j’ai créé un dossier Contacts à la racine de mon disque dur principal (C:\ pour information) où se trouvent tous mes contacts au format vCard et portant l’extension .vcf.

R:\>copy /B C:\Contacts\*.vcf C:\Contacts\all_contacts.vcf
C:\Contacts\1.vcf
C:\Contacts\2.vcf
C:\Contacts\3.vcf
        1 fichier(s) copié(s).

A présent, un fichier nommé « all_contacts.vcf » doit se trouver dans le dossier. A l’intérieur, tous vos contacts doivent présents.

Lien utile

Site de Thibaut

Exportation massive des pièces jointes d’Outlook

A ma connaissance, il n’existe pas de moyen de récupérer toutes les pièces jointes des courriers électroniques en une seule fois … Comme toute tâche répétitive qui se respecte, il est possible d’automatiser tout ça via un script. Pour cela, nous allons faire appel à un script Visual Basic que nous exécuterons à partir d’Outlook directement.

  1. Nous allons commencer par aller télécharger le script disponible à l’adresse. Il faudra dé-zipper le fichier « EmailAttachement.zip » dans un répertoire pour récupérer un fichier nommé « GetEmailAttachments.bas » ;
  2. Si ce n’est déjà fait, il faut ouvrir à présent Microsoft Office Outlook ;
  3. Appuyer simultanément sur les touches Alt + F11 pour ouvrir Microsoft Visual Basic ;
  4. Cliquer sur « Fichier », puis sur « Importer un fichier » puis aller chercher notre fichier « GetEmailAttachments.bas » ;
  5. Appuyer sur la touche F5 pour lancer le script ;
  6. Choisir le répertoire dans lequel sont les pièces jointes à extraire (pour information : on ne peut traiter qu’un seul répertoire à la fois) ;
  7. La récupération se met en route. Il n’y a pas d’état d’avancement de la tâche, donc pas d’inquiétude si rien ne semble se passer ;
  8. Un message final résume ce qui a été récupéré. Les pièces jointes extraites sont stockées dans « Email Attachments », un dossier créé dans le répertoire « Mes documents ».

Script d'exportation de toutes les pièces jointes - Message de confirmation

Lien utile

Article de The Techie Guy

Redécouper un fichier vidéo via ffmpeg

Besoin d’enlever le superflux d’une vidéo ? FFmpeg est fait pour ça, et ce n’est qu’une partie de son immense potentiel ! Dans mon cas, je souhaitais retirer des passages vidéos inutiles en début et en fin de film.

Ici, on va couper une vidéo en fournissant un temps de début et un temps de fin :

ffmpeg -i C:\Movies\in.mp4 -ss 00:01:35 -to 02:14:22 -acodec copy -vcodec copy C:\Movies\out.mp4

Alors qu’ici, on va couper une vidéo en fournissant un temps de début et une durée :

ffmpeg -i C:\Movies\in.mp4 -ss 00:01:24 -t 00:05:28 -acodec copy -vcodec copy C:\Movies\out.mp4

Pour information,

  • il faut adapter le fichier source et le fichier de sortie, ici ce n’est qu’un exemple ;
  • les temps sont à exprimer de la sorte hh:mm:ss[.xxx] ;
  • les options « acodec » et « vcodec » indiquent que nous ne touchons pas aux codecs audio et vidéo.

Utiliser les Editions pilotées de Sage sur des comptes limités Windows

Nous allons commencer par aller éditer le fichier « AdminEPCSQLServer.exe.manifest » présent dans le dossier « C:\Program Files (x86)\Sage\Edition Pilotee\Interface\ » (chemin valable dans le cas d’un Windows 64 bits). Il faut chercher dans ce fichier XML la chaine de caractères suivante …

<requestedExecutionLevel level="requireAdministrator" />

… et la remplacer par …

<requestedExecutionLevel level="asInvoker" />

Ensuite, nous devons autoriser l’utilisateur ou un groupe d’utilisateur. Pour ce faire, il faut :

  • faire un clic droit sur le dossier « C:\Program Files (x86)\Sage\ » (chemin valable dans le cas d’un Windows 64 bits)
  • sélectionner « Propriétés », puis aller sur l’onglet « Sécurité » et cliquer sur « Modifier » ;
  • on peut à présent ajouter un compte/groupe et ajouter tous les droits sauf « Contrôle total » ;
  • il ne reste plus qu’à valider toutes les fenêtres pour prendre en compte les modififications.

Pour terminer, nous allons vérifier que l’UAC de Windows est bien actif en :

  1. cliquant sur Démarrer ;
  2. dans le barre de « Rechercher les programmes et les fichiers », saisir « controle de compte »
  3. cliquer sue « Modifier les paramètres de contrôle de compte d’utilisateur », et vérifier que le curseur sur la position la plus haute, sinon changer la valeur avant de valider.

Ceci fait, les éditions pilotées, même en utilisation multi-sociétés, sont fonctionnelles sur notre compte utilisateur limité.

Lien utile

Forum Zoom.fr – Edition pilotée et UAC de Windows Seven

Vérifier les droits FSMO et la bonne réplication d’Active Directory

Voici quelques commandes pratiques pour connaitre le propriétaire des rôles FSMO (Flexible Single Master Operation) et l’état de santé de son annuaire Active Directory.

La commande suivante permet de vérifier l’attribution des rôles FSMO sur le ou les contrôleur(s) de domaine.
netdom query fsmo

Contrôleur de schéma        vs-ad1.test.invalid
Maître des noms de domaine  vs-ad1.test.invalid
Contrôleur domaine princip. vs-ad1.test.invalid
Gestionnaire du pool RID    vs-ad1.test.invalid
Maître d'infrastructure     vs-ad1.test.invalid
L'opération s'est bien déroulée.

La commande suivante permet de voir très facilement l’état de synchronisation des différentes branches vers les autres contrôleurs Active Directory.
repadmin /showrepl

Repadmin : exécution de la commande /showrepl sur le contrôleur de domaine complet localhost
Premier-Site-par-defaut\VS-AD1
Options DSA : IS_GC
Options de site : (none)
GUID de l'objet DSA : ac16bb2b-0d2b-4c39-899e-6b91690ab7d8
ID de l'invocation DSA : 94bb07b5-0860-4ebe-b189-526e41b7f6e0

=== INSTANCES VOISINES ENTRANTES ==================================

DC=test,DC=invalid
    Premier-Site-par-defaut\VS-AD2 via RPC
        GUID de l'objet DSA : 7902372f-ebb3-4e8d-84f7-9c7fce0a04eb
        La dernière tentative, le 2016-02-19 10:37:10, a réussi.

CN=Configuration,DC=test,DC=invalid
    Premier-Site-par-defaut\VS-AD2 via RPC
        GUID de l'objet DSA : 7902372f-ebb3-4e8d-84f7-9c7fce0a04eb
        La dernière tentative, le 2016-02-19 09:55:11, a réussi.

CN=Schema,CN=Configuration,DC=test,DC=invalid
    Premier-Site-par-defaut\VS-AD2 via RPC
        GUID de l'objet DSA : 7902372f-ebb3-4e8d-84f7-9c7fce0a04eb
        La dernière tentative, le 2016-02-19 09:55:11, a réussi.

DC=ForestDnsZones,DC=test,DC=invalid
    Premier-Site-par-defaut\VS-AD2 via RPC
        GUID de l'objet DSA : 7902372f-ebb3-4e8d-84f7-9c7fce0a04eb
        La dernière tentative, le 2016-02-19 09:55:11, a réussi.

DC=DomainDnsZones,DC=test,DC=invalid
    Premier-Site-par-defaut\VS-AD2 via RPC
        GUID de l'objet DSA : 7902372f-ebb3-4e8d-84f7-9c7fce0a04eb
        La dernière tentative, le 2016-02-19 10:36:45, a réussi.

La commande suivant permet d’avoir un rapport de l’état de synchronisation entre tous les contrôleurs de domaine Active Directory.
repadmin /replsum

Heure de début du résumé de la réplication : 2016-02-19 10:38:37

Début de la collecte des données pour le résumé de la réplication ;
cette opération peut prendre un certain temps :
  .....


DSA source             différence max    nb échecs %%   erreur
 VS-AD2                   43m:26s    0 /   5    0
 VS-AD1               41m:20s    0 /   5    0


DSA de destination     différence max    nb échecs %%   erreur
 VS-AD2                   41m:20s    0 /   5    0
 VS-AD1               43m:26s    0 /   5    0

Où sont sauvegardées les signatures Outlook ?

Les signatures d’Outlook sont stockées dans le répertoire ci-dessous (le chemin varie en fonction de la version du système d’exploitation). Une signature est disponible en 3 formats différents :

  1. en HTML avec l’extension « .htm »
  2. en Rich Text Format avec l’extension « .rtf »
  3. en texte avec l’extension « .txt »

Chemin pour les ordinateurs fonctionnant sous Windows XP

  • C:\Documents and Settings\Nom utilisateur\Application Data\Microsoft\Signatures

Chemin pour les ordinateurs fonctionnant sous Windows Vista / Windows 7 / Windows 8

  • C:\Users\Nom utilisateur\AppData\Roaming\Microsoft\Signatures

Utiliser la commande nbtstat

On ne décrit plus DNS, ce service permettant de résoudre une adresse IP en un FQDN (Fully Qualified Domain Name) et inversement. Pour les réseaux locaux dépourvus de serveur DNS, il est possible d’utiliser la couche applicative NetBIOS pour avoir un équivalent.

Par exemple, en fournissant seulement une adresse IP à la commande suivante, on est capable de retrouver le nom NetBIOS de la machine (celui donné à l’installation de l’ordinateur et/ou présent dans le voisinage réseau), mais aussi son adresse MAC.

nbtstat -A adresse_ip

Et inversement, à partir d’un nom NetBIOS retrouver l’adresse IP et l’adresse MAC.

nbtstat -a nom_netbios

Désinstaller des logiciels en mode sans échec

En mode sans échec, sans le service Windows Installer lancé, il est difficile de désinstaller des programmes.

Pour le mettre en route, il faut :

  1. Ajouter une clé dans le registre Windows
    reg add "HKLM\SYSTEM\CurrentControlSet\Control\SafeBoot\Network\MSIServer" /ve /t REG_SZ /f /d "Service"
  2. Démarrer l’ordinateur en mode sans échec (appuyer sur la touche F8 de votre clavier au moment du démarrage de l’ordinateur)
  3. Démarrer le service MSIServer si ce n’est pas déjà le cas
    net start msiserver

A présent, les programmes devraient être supprimables via « Ajout/Suppression de programmes » ou bien directement via les exécutables de désinstallation. Une fois terminé, on peut supprimer ces modifications pour revenir à l’état par défaut en :

  1. Arrêtant le service MSIServer
    net stop msiserver
  2. Supprimant la clé du registre Windows
    reg delete "HKLM\SYSTEM\CurrentControlSet\Control\SafeBoot\Network\MSIServer" /f
  3. En redémarrant normalement l’ordinateur